Affichage des articles dont le libellé est biographie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est biographie. Afficher tous les articles

Emission “Maurras, un portrait”


Emission : “Maurras, un portrait”

Méridien Zéro vous propose de revenir sur une figure majeure de la mouvance nationale, tant par ses qualités indéniables que par ses limites. Il n’est pas question de vous proposer une biographie de Maurras mais d’approfondir certains aspects développés dans le dernier numéro de Nouvelle Ecole en recevant deux de ses contributeurs : Rémi Soulié et Olivier François.

A la barre Wilsdorf et à la technique JLR.


Charles Maurras Nouvelle Ecole 66



Présentation de Nouvelle Ecole n°66 : 
Charles Maurras (1868-1952) fut pendant des décennies à la fois un écrivain, un poète, un théoricien, un chef d’école et l’animateur d’un mouvement politique dont l’influence s’est révélée remarquablement durable. C’est là un cas extrêmement rare. Les chefs politiques ont rarement été de véritables théoriciens, et les idéologues ont rarement eu la capacité (ou le désir) d’animer des mouvements politiques. S’y ajoute un magistère intellectuel qui, avec des fortunes diverses, et non sans avoir suscité bien des dissidences, s’exerce encore aujourd’hui sur bon nombre de ceux qui veulent « penser clair et marcher droit ». Maurras et l’Action française, enfin, sont indissociables, et c’est pourquoi le parcours individuel de l’auteur d’Anthinéa ne peut être séparé d’une aventure collective. Toutes ces caractéristiques justifient à elles seules l’intérêt qu’on doit lui porter. (…) À partir d’une vision assez idéalisée de l’Ancien Régime, Maurras, convaincu que la monarchie se démontre à la façon d’un théorème, tendait à tout ramener au problème des institutions. Ce faisant, il ne voyait pas que des institutions différentes peuvent aller de pair avec un état social identique, et qu’à l’inverse, d’une époque à l’autre, ou d’un pays à l’autre, des institutions identiques peuvent fonctionner de manière toute différente – surtout quand ce sont les mœurs qui déterminent les lois (et non l’inverse). Les paradoxes de la pensée de cet apologiste de la culture catholique qui fut de 1926 à 1939 condamné par le Vatican, de ce royaliste finalement désavoué par le prétendant au trône, ont été maintes fois relevés. (…) Il fait gloire à la France d’avoir constamment lutté contre l’Empire mais fait en même temps l’éloge de la romanité, dont le principe impérial était exactement le contraire de celui de l’État national. Il affirme hautement son souci de l’« universel », mais ne conçoit d’application de ses principes qu’au niveau hexagonal. Sa conception même du politique est pour le moins équivoque, ce dont témoignent les contresens dont n’a cessé de faire l’objet le fameux « politique d’abord ! » (…) Quoi que l’on pense de sa doctrine, on ne peut avoir que de l’admiration pour ce vieux lutteur qui a consacré toute son existence à ses idées, et qui a su les servir avec autant de courage, de passion et de désintéressement. Au-delà de ses erreurs et de ses jugements parfois si injustes, ce courage, ce désintéressement, cette exigeante passion, sa sincérité extrême, sa ténacité et la somme incroyable d’efforts qu’il a su déployer au cours de sa vie, commandent le respect. Il y a chez Maurras, ce Don Quichotte dont Léon Daudet fut le Sancho Pança, quelque chose de très proprement héroïque. Il n’y a pas beaucoup d’hommes publics dont on puisse en dire autant.



Charles Maurras Présent Nouvelle Ecole 66
Charles Maurras dans la revue Présent
Pages Littéraires - 11 février 2017





Au sommaire du n°66 de Nouvelle Ecole :
 Un portrait de Charles Maurras (Olivier Dard)
Le jeune Maurras, félibre et fédéraliste (Rémi Soulié)
Maurras et l’abbé Penon (Axel Tisserand)
Heidegger et Maurras à Athènes (Baptiste Rappin)
La République, la bourgeoisie et la question ouvrière (Charles Maurras)
Kiel et Tanger ou la géopolitique maurrassienne (Martin Motte)
Entretien avec Gérard Leclerc
Maurras et le romantisme (Alain de Benoist)
Charles Maurras et le positivisme d’Auguste Comte (Francis Moury)
Maurras en Amérique latine (Michel Lhomme)
Antigone (Charles Maurras)
Pierre Boutang ex cathedra (Francis Moury)
Bibliographie maurrassienne : 2004-2016 (Alain de Benoist)

Et aussi :
Le slavophilisme, une utopie conservatrice russe (Vassily Leskov)
Siva et Dionysos (Jean Haudry)
Dépendance des États et globalisation (Teodoro Klitsche de la Grange)

Prix de vente: 25 euros TTC 
sur Krisis DiffusionRevue Eléments 
et Les Amis d'Alain de Benoist (port non inclus)




_________________________________________________________________________________

Nouvelle Ecole n°66 en vente sur Krisis Diffusion


Nouvelle Ecole n°66 Charles Maurras

CHARLES MAURRAS.
Numéro 66 / Année 2017. 

Responsable de publication: Alain de Benoist.

Le prix affiché est le prix TTC.
Ce prix ne comprend pas les frais de port.

Les frais de port pour cet article s'élèvent à 3,90 euros TTC.
Ils n'augmentent pas si vous habitez l'étranger ou l'Outre Mer. Ils n'augmentent pas si vous ajoutez un 2e produit au panier. 
Ils sont offerts dès que le total des produits atteint 40 euros.
En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,20 €.

PRIX: 25,00 € par numéro
 
 








Aperçu rapide


Avec cette formule, vous êtes abonné aux revues Krisis et Nouvelle Ecole pour une durée de deux ans (01/01/2016- 31/12/2017). Vous recevrez* les numéros 65 et 66 de Nouvelle Ecole ainsi que Krisis 43 à 49.
Disponible

 

 



















____________________________________________________________


Nouvelle Ecole n°66 en vente sur les sites Eléments et alaindebenoist.com


Nouvelle Ecole n°66
Année 2017
Charles 

Maurras



 La collection de numéros - Nouvelle EcoleFacebook Nouvelle Ecole Alain de Benoist


Alain de Benoist - Les Conversations de Pierre-Marie Couteaux - TV Libertés


Alain de Benoist

Alain de Benoist

Debenoist-V10

A voir ou revoir sur le blog Eléments :


http://www.alaindebenoist.com/index.php/les-conversations-de-paul-marie-couteaux/
A revoir aussi sur le site des Amis d'Alain de Benoist



Les conversations de Paul-Marie Couteaux” sur TV Libertés, une émission qui part à la découverte d’une personnalité en six épisodes de 35 minutes. La première série est consacrée à Alain de Benoist. 

C’est l’occasion de découvrir les passions, les souvenirs et les éléments fondateurs de la vie d’une célébrité pour mieux comprendre son œuvre. Volontairement intimiste, “Les conversations de Paul-Marie Couteaux” sont filmés in situ, là où ces personnages hors du commun trouvent leurs forces et leur inspiration.



Quelques commentaires de Pierre Bérard
Source : revues de presse, blog Eléments



Cinquième épisode des conversations entre Paul-Marie Coûteaux et Alain de Benoist dans l’une des bibliothèques de ce dernier. Sont abordés successivement la chape de plomb des années 80 et 90, la chute du mur de Berlin et la tentation unipolaire des États-Unis d’Amérique aboutissant aux  guerres du Golfe et des Balkans afin de les « remodeler » et d’y imposer leur conception du Nouvel Ordre Mondial.
 Autant de boîtes de Pandore conduisant au chaos actuel. Il rappelle qu’il était au premier rang des manifestants avec Alain Krivine et André Krasucki contre les bombardements de Belgrade. C’est aussi l’époque où une tendance du Parti Communiste Français cherchait à s’ouvrir à des éléments droitiers et où elle finançait L’Idiot International de Jean-Edern Hallier. À propos de Mitterrand qu’il reconnait comme notre dernier président de droite, ne serait-ce que par ses goûts littéraires, il suggère que se ralliant à la société de marché lors du tournant de 1983 , il baissa du même coup les bras devant le système de l’argent. De Benoist reconnait sa dette envers Péguy et Bernanos, des auteurs chrétiens qui haïssaient l’argent, équivalent universel qui permet de transmuer toute qualité en simple quantité. Il revient dès lors sur l’anthropologie libérale qui définit l’homme comme un individu producteur et consommateur doté de droits fondés en nature et donc pré-sociaux et pré-politiques d’où les ennemis principaux désignés par de Benoist; sur le plan étranger, les États-Unis, sur le plan social; la bourgeoisie, et le libéralisme sur le plan doctrinal. L’anthropologie libérale  considère la diversité constitutive du monde comme un obstacle à réduire, ce qui la rapproche du point de vue des fins de tout les totalitarismes. Réflexion pertinente sur la Révolution Française à la fois progressiste et désireuse de balayer le passé synonyme de superstitions et se référant sans cesse aux Grecs et aux Romains.





Quatrième épisode des conversations entre Alain de Benoist et Paul-Marie Coûteaux. De Benoist s’exprime successivement sur sa critique de l’immigration qui ne sombre jamais dans la xénophobie. Il éreinte le cosmopolitisme ambiant qui se réclame d’un Autre tout en le pensant comme un Même. Il souligne la confusion entourant l’islam opposé aux « racines chrétiennes » de l’Europe, alors qu’en toute bonne logique le terme de racine renvoie à ce qu’il y a de plus ancien. Il rend de ce point de vue un vibrant hommage à l’indo-européanisant Georges Dumézil qui fut son ami et explique que la Grèce étant le lieu d’origine de la philosophie et de la tragédie il ne peut qu’y être sensible. Répondant à une question de Coûteaux il opère avec rigueur une distinction spenglérienne entre culture et civilisation. Il tance la définition de l’Europe comme « ouverte à l’ouverture » (Finkielkraut) ce qui est une manière de ne plus se soucier de savoir ce qu’elle est. Il reproche à l’Union Européenne d’avoir totalement discrédité l’idée même d’Europe. Il répète que l’identité loin d’être ce qui ne change jamais est ce qui nous permet de demeurer nous mêmes en changeant sans cesse. En l’état, il affirme que l’identité n’est pas une essence mais bien une substance et pour ce qui concerne l’identité européenne il constate que cette substance se découvre essentiellement dans la philosophie critique et la dangereuse notion d’objectivité qu’on ne trouve nulle par ailleurs sur les autres continents. Il revient pour finir sur l’aventure du Figaro-Magazine et la progressive « orléanisation » de la droite qui l’amène à refuser dorénavant d’en revêtir l’habit chamarré.





Alain de Benoist revue Eléments
Article paru dans Eléments n°157